Rapport moral 2015

En 2014 le Conseil d’Administration s’est réuni 7 fois et le bureau de l’association 5 fois.

En 2014, nous avons déposé une demande d'extension pour 43 places d'accompagnement médico-social dans le cadre d'un appel d'offre ouvert par l'ARS et le Conseil Général. L’attribution de 38 places supplémentaires conforte l'activité de l'Association, elle signe la reconnaissance de notre savoir-faire par nos financeurs. Le Conseil d'Administration et moi-même remercions les membres de la Commission d'attribution pour la confiance qui nous est accordée.

Le projet partenarial Clé- Autisme 76  pour 4 places d'accompagnement médico-social en direction de personnes présentant des troubles autistiques n'a, par contre, pas été retenu.

             Le trentième anniversaire de l'Association est marqué par cet événement qui va assurément impacter les années à venir. 10 places nous ont été accordées au 1er novembre 2014, 28 autres le seront en septembre 2015. Le SAMSAH a donc désormais une capacité de 55 places.

            Les services se restructurent. Nous allons ouvrir des antennes sur Yvetot (9 places) et Elbeuf (9 places) afin de nous ancrer au plus près des lieux d'intervention et faciliter la dynamique partenariale. L'équipe du SAMSAH accueille de nouveaux professionnels, deux chefs de service vont avoir pour mission l’organisation du service et le suivi des projets individuels.

            Nous avons également été sollicités en juin dernier pour la gestion administrative, financière et budgétaire d'un Groupe d'Entraide Mutuelle à Yvetot parrainé par l'Association La Sève. Nous avons signé une convention tripartite ARS-La Sève-La Clé permettant l'ouverture du GEM en septembre avec le soutien de 2 animateurs recrutés par l'Association La Clé. Accéder au logement est une étape, mais au fil du temps, l'isolement s'installe. Vivre de manière autonome c'est avoir des relations sociales, des activités. Retisser le lien social permet d’étayer l'accompagnement dans la durée, les Groupes d'entraide mutuelle y contribuent énormément.

            Face à l'arrêt du versement par le Conseil Général de l'allocation gestion locative de proximité au-delà de 5 ans dans un logement, sachant que certains sous-locataires n'ont pas l'autonomie nécessaire pour  accéder au droit commun, et au vu de la situation financière déficitaire du Service Logement, le Conseil d'Administration a pris des mesures pour rétablir l'équilibre financier indispensable pour maintenir et développer un service au plus près des besoins spécifiques des sous-locataires.

  1. Ces personnes incapables de vivre de façon autonome dans leur logement sans le soutien de l’action du Service Logement et ont été reconnues par la MDPH a une invalidité d’un taux de 80%. Cela leur a permis de percevoir l’allocation complémentaire à l’AAH « Majoration pour le Maintien à la vie autonome » d’un montant de 105€ Ils peuvent ainsi participer à l’action du Service Logement à hauteur de 42€/mois.
  2. Au 1er janvier 2014, nous avons augmenté de 2% les prestations forfaitaires, celles-ci n'ayant pas subi de réévaluations depuis plus de 10 ans.

Nous avons pu faire valoir auprès de l'URSSAF une diminution de charges  pour les heures effectuées par les personnels non infirmiers, intervenant au domicile, grâce aux conseils de l'organisme NEOPTIM.

            Les problématiques spécifiques du handicap psychique, notamment sa variabilité dans le temps, supposent d'élaborer des dispositifs différents selon les profils, la capacité d'autonomie de chacun. S'installer seul est un projet qui amène beaucoup de changements, de modifications des repères et peut se révéler très insécurisant, voire déstabilisant.

Ancrer les personnes les plus précarisées, bringuebalées d'un hôtel à un autre, accueillies en centre d'hébergement, leur proposer des dispositifs construits pour un accès au logement durable et accompagné se pose avec acuité.

            Depuis 2013 nous portons un projet de résidence accueil de 20 places en direction de personnes très précarisées et vulnérables. L'agglomération rouennaise est sous-dotée (une résidence accueil de 10 places pour 500 000 habitants). Les pensions de famille ne sont pas adaptées pour ce public spécifique. Nous avons maintenant des moyens en termes d'accompagnement médico-social, mais n'obtenons pas l'agrément qui nous octroierait le financement de 2 hôtes. Les besoins sont reconnus par nos financeurs. Malgré les modalités de la campagne budgétaire « accueil, hébergement et insertion » de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale qui préconise le renforcement des moyens et la poursuite de la modernisation  du dispositif d'hébergement et d'accès au logement  des publics sans domicile, la consolidation de la fin  de la gestion saisonnière des dispositifs et l'accès prioritaire au logement et  le développement d'alternatives à l'hôtel, nous n'obtenons pas d'enveloppe dédiée au fonctionnement de ce projet peu coûteux pour la collectivité (DDCS 116800€). Nous avons sollicité l’appui de plusieurs élus auprès du Ministère (Mr Fabius, Mme Fourneyron, Mme Morin-Desailly, Mme Pane).

            L'ouverture de 2000 places annoncée par Mme Pinel, Ministre du Logement nous laisse espérer un avancement dans le dossier si les 2 ministères collaborent, La Clé proposant un dispositif pour des personnes sans domicile présentant des troubles psychiques, en rupture de soins ou ayant besoin d'accompagnement pour y accéder.

            Afin de répondre à de nombreuses demandes, nous travaillons actuellement sur un projet de service d’aide à domicile spécialisé dont les auxiliaires seront sensibilisées dans la prise en charge de personnes souffrant de troubles psychiques. Elles seraient, comme tout le personnel de l’Association La Clé, formées à la problématique de la santé mentale grâce à une collaboration avec l'organisme de formation GRAFISM et une analyse de pratiques hebdomadaire assurées par les membres expérimentés de l’association.

La gestion locative doit évoluer voire être réinventée pour mieux s'adapter à l’évolution des demandes. Nous vous avions parlé lors de la précédente Assemblée, d'une expérience pilote menée par les fédérations DELPHIS et AGAPSY consistant à développer  un savoir-faire partagé entre les bailleurs sociaux et les Associations. La coopération partenariale est nécessaire: notre mission consisterait à évaluer les difficultés des locataires pressenties comme étant liées à une problématique psychique puis à orienter vers le soin spécialisé.

            Nous avons évalué le coût de gestion de cette mission et fait une proposition budgétaire à la demande de Logéal, le projet devant être discuté à la Métropole.

            Nous sommes également sollicités en tant que partenaire pour 3 projets portés avec le CHR :

  • l'ouverture de 6 appartements collectifs soit 18 sous-locataires dans des logements actuellement en construction sur Bihorel avec un accompagnement soignant spécialisé de proximité.

  • L’ouverture d’un appartement collectif soit 4 sous locataires dans une maison sur Caudebec les Elbeuf.

  • La création d'une structure d'hébergement transitoire pour préparer les sorties de détention, maintenir l'accès aux soins et poursuivre ce qui a été entrepris en détention pour un public au carrefour du sanitaire, du social et du médico-social.

                Nous avons interpelé tout dernièrement Mme Luce Pane députée, membre de la Commission des affaires sociales,  concernant l'article 13 de la loi Santé afin que des garanties soient prises concernant la poursuite du financement et des mises à disposition de personnel par les Centres Hospitaliers en direction des associations œuvrant dans le champ de la réhabilitation et de l'insertion sociale.

                Le dernier trimestre a été très perturbé par des vols, à 3 reprises et à quinze jours d'intervalle, avec dégâts matériels, vols d'équipements et de véhicules. Cette situation a bien sûr insécurisé les professionnels, a entraîné une surcharge de travail et nous a amené à sécuriser les lieux avec un dispositif d'alertes.

                Je remercie tout particulièrement les équipes très investies comme vous allez pouvoir le constater lors de la présentation du rapport d'activité, équipes qui actuellement doivent s'adapter aux restructurations et participent avec dynamisme à la mise en place des projets.

                Je remercie également  Mr Lefebvre  pour le travail laborieux réalisé au cours de l'année 2014, pour sa réactivité, pour son efficacité, pour son soutien auprès des équipes et je suis satisfaite de savoir qu'il va pouvoir confier le suivi   du SAMSAH à 2 collaboratrices, lui permettant de se recentrer sur des dossiers en cours de réalisation.

                Je  remercie également les administrateurs pour leur aide dans la gestion des dossiers, pour l'intérêt évident porté à l'association au vu des débats et de leur présence tardive lors de Conseil d'Administration, les ordres du jour étant chargés.

                Merci aux personnes ayant participé à l'organisation de cette assemblée.

     

                                                                                                              La Présidente

                                                                                                              Martine Rataj